ARTICLES



1 mai 2020

Les conséquences physiques du stress félin, vous connaissez ?

Avec les brusques changements d’horaire que nous avons vécus dans les derniers temps et la présence quasi permanente des enfants à la maison, nos chats d’intérieur ont tout lieu d’être perturbés…pour ne pas dire traumatisés! Le félin est un animal nocturne qui a besoin de relaxer et de dormir le jour. Ce n’est pas un caprice ou de la paresse, ils sont ainsi constitués. En général, ils réussissent assez bien le faire lorsque nous sommes partis travailler… Mais dans les deux derniers mois, l’ambiance normalement calme et paisible de la maison a disparu et bien des chats en souffrent et développent un certain niveau de stress. Le chat stressé peut agir de bien des façons : il peut s’isoler de nous, arrêter de manger, avoir des modifications comportementales agressives ou même développer des cystites de stress.

La cystite de stress est une condition psychosomatique. C’est-à-dire que le mental agit sur le physique. Un stress soudain et permanent dérègle certaines cascades hormonales d’où il en découle des modifications physiques pathologiques. Le meilleur exemple chez l’homme est l’ulcère gastrique, conséquence d’un stress bien démontré. Le chat lui, aura des ulcères mais non pas dans l’estomac mais plutôt dans la vessie. Des épisodes de mictions où les urines seront rouges sang, où le chat urinera dans des endroits inopportuns, où il souffrira à chaque miction car les urines brûleront ses muqueuses internes et où des infections bactériennes secondaires peuvent se développer. Les épisodes durent de 7-14 jours selon l’intensité des symptômes.

Des traitements sont possibles pour contrôler la douleur et les conséquences physiques. Un plan nutritionnel spécial est également recommandé. Mais au-delà des traitements physiques, une gestion du stress est fortement recommandée afin d’adresser le problème à la source. Différentes approches existent, autant naturelles que chimiques et c’est selon la gravité des symptômes que nous élaborons un plan. Tout comme la gestion du stress chez l’humain constitue une thérapie complexe et multifactorielle, celle du chat l’est tout autant.
Durant le confinement, nous avons eu de nombreux cas de cystites de stress chez nos patients félins, beaucoup plus qu’à l’habitude. Nous avons identifiés que les chats peuvent donc souffrir également de notre confinement. Si vous retournez travailler sous peu, c’est une bonne nouvelle pour minou. Mais si vous gardez les enfants à la maison jusqu’en septembre et que le télétravail se pointe à l’horizon, songez peut être à offrir à votre chat des moments de calme durant le jour, un endroit bien à lui à l’abri des enfants et des bruits de la maison.
Les chats sont de grands conservateurs qui tiennent mordicus à leur routine de vie et dès que celle-ci change à leur insu, ils peuvent par moment y réagir très fortement. Le petit fauve stressé se révélera alors ! Vous voilà avertis !

Dre Valérie Desjardins, mv.