ARTICLES



20 mars 2020

Votre vétérinaire; gardien de la santé publique

Avec les circonstances actuelles sans-précédents que nous vivons, le rôle du vétérinaire prend une autre dimension. Connu pour être le principal responsable de la santé animale, le vétérinaire a également un rôle important à jouer pour la protection de l’humain via le bon maintien de la santé publique. Le vétérinaire doit veiller à ce que les animaux soient en bonne santé pour ne pas créer de risques de transmissions potentielles de pathogènes aux humains. En ces temps de crises, la médecine vétérinaire est considérée comme une des professions offrant des services essentiels. Mais comme tous les autres professionnels de la santé, nous devons nous conformer à certaines règles strictes; c’est-à-dire que de procéder à des cas d’urgence. Ainsi, toutes les vaccinations et procédures « de routine » ont été pour le moment mises sur la glace. Nous devons nous en tenir à l’essentiel et à l’urgent. Telles sont les recommandations de nos instances gouvernementales et de notre ordre professionnel (OMVQ).

Avec ces obligations généralisées de quarantaine imposées, plusieurs personnes auront peut-être l’impulsion d’adopter un chiot ou un chaton. « Cela sera idéal ! », vous direz-vous. Vous avez beaucoup du temps à lui allouer afin de le rendre propre « et ce sera parfait pour occuper les enfants! »

L’idée est intéressante, certes….Toutefois, les services vétérinaires actuels ne sont pas en mesure de vous offrir de rendez-vous de garantie d’achat avant au moins 2 semaines. Nous ne pouvons pas non plus prescrire à l’aveugle de vermifuges pour un jeune animal sans l’examiner. Les vaccins seront inévitablement repoussés pour un bon moment et quand nous avons un protocole précis à suivre mensuellement pour un chiot ou un chaton, cela devient compliqué de le respecter dans nos restrictions actuelles. Je ne vous conseille pas de sortir non plus votre jeune animal non vermifugé contre les tiques et en processus de tous ses vaccins à l’extérieur en ce moment. Tous les endroits où des rassemblements de chiens inconnus se font actuellement est une mauvaise idée avec un chiot. De plus, considérant cette nouvelle maladie virale, beaucoup de paramètres restent à découvrir et en particulier la sensibilité de nos animaux vis à vis ce virus. Nous savons très bien que le pelage peut agir en tant que vecteur du pathogène. Donc si plusieurs chiens se lèchent, se cajolent ou que vous flattez les animaux des autres, ce sont tous des modes de transmissions possibles.

Adoptez un nouvel animal à ce moment-ci peut sembler invitant, mais à bien y penser, vaut mieux pour le moment s’occuper de nous et de nos proches vulnérables. Dans quelques semaines, quand le soleil brillera de nouveau, vous pourrez entreprendre ce nouveau projet si l’idée tient toujours. Adoptez un animal c’est pour la vie et non pour combler un besoin d’ennui en période de confinement. À la fin de votre isolement, votre animal sera toujours là, mais notre rythme de vie reprendra de plus belle. Aurez-vous encore assez de temps pour lui ?

Dre Valérie Desjardins, m.v.