ARTICLES



15 avril 2000

Épidémie de salmonellose chez les sizerins flammés et risques de transmission chez les chats domestiques.

Depuis quelques jours, plusieurs plaintes ont été émises par des citoyens des Laurentides à la Société de la Faune et des Parcs du Québec, concernant la présence d’oiseaux malades ayant un comportement anormal autour des mangeoires. Ceux-ci deviennent amorphes, se gonflent le plumage, se laissent approcher et même prendre sans se débattre, puis finissent par mourir. Les sizerins flammés et possiblement les chardonnerets (une seule plainte concernant cette espèce) sont affectés par cette maladie. Les municipalités affectées par cette épidémie sont jusqu’à présent Prévost, Ste-Adèle, Ste-Agathe, St-Adolphe-d’Howard et St-Hippolyte.

Deux spécimens de sizerins flammés ont été envoyés pour autopsie à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de Montréal à St-Hyacinthe la semaine passée.

Entretemps, une épidémie inquiétante se propageait chez la population de chats domestiques de la région. Plusieurs cas ont été rapportés dans les cliniques vétérinaires de chats qui perdent subitement l’appétit et deviennent abattus. Certains chats présentent des vomissements et de la diarrhée. On retrouve chez les chats affectés une forte fièvre et de la déshydratation. Après enquête auprès de mes clients, j’ai découvert que tous les cas présentés à l’Hôpital vétérinaire Prévost avaient une histoire de contact avec des oiseaux sauvages autour de la maison. Les sizerins flammés sont identifiés dans 75% des cas. Le même scénario de contact avec des oiseaux a été rapporté dans d’autres établissements vétérinaires de la région.

Les chats atteints de cette maladie répondent bien au traitements, et semblent guérir. Je n’ai pas entendu parler de mortalité chez les chats atteints de cette maladie jusqu’à ce jour, mais les symptômes seraient assez sérieux pour tuer un animal plus faible, comme un chat âgé ou une chatte gestante.

Les résultats des analyses faites sur les sizerins flammés ont démontré que ces oiseaux étaient porteurs de salmonellose du groupe B, une bactérie transmissible aux animaux domestiques et aux humains. J’ai pour ma part envoyé des échantillons prélevés sur certains de mes patients afin de confirmer la présence de salmonellose chez les chats. Les résultats devraient arriver d’ici une semaine.

Toutefois, vu le potentiel de transmission de la salmonellose aux humains, et la forte incidence de chats fiévreux ayant entré en contact avec des sizerins flammés malades, il est nécessaire de mettre la population en garde contre les dangers potentiels pour la santé humaine. Les recommandations suivantes seraient à respecter :

  1. Manipuler tout oiseau trouvé malade ou mort avec des gants. Jeter les carcasses à la poubelle dans un sac de plastique scellé.
  2. Surveiller les enfants pour ne pas qu’ils manipulent des oiseaux morts ou malades.
  3. Ne pas nourrir les oiseaux et désinfecter les mangeoires à l’eau de javel.
  4. Garder les chats à l’intérieur pour le moment, particulièrement si vous trouvez des oiseaux morts ou malades autour de la maison. Un simple contact par la gueule semble suffisant pour transmettre la maladie.
  5. Sortir les chiens en laisse. Bien qu’aucun cas de chien présentant les mêmes signes et la même histoire ne m’ait été rapporté, la salmonellose peut se transmettre aux chiens.
  6. Faire examiner votre chat par votre vétérinaire s’il présente les signes décrits plus haut. La salmonellose pourrait être transmise aux humain en contact avec un animal malade.

Voici une description du sizerin flammé :
• Oiseau gris-brun et rayé de 13 cm de longueur, à menton noir.
• Front Rouge vif
• Le mâle a la poitrine rosée

Dr Simon Lachance, mv